Conférence au Mont St Michel

Transcrit par Argkhan et d’abord publié sur: http://www.bldt.net/Om/article.php3?id_article=462

Nous entrons dans l’Ère du Verseau, mais c’est encore à petits pas. Nous y serons complètement autour de 2018-2020. Aujourd’hui, l’influence de l’Ère du Poisson est encore bien marquée, à travers l’individualisme qui est encore si fort chez nous, et qui peut se traduire chez des personnes spirituelles par la tentation de vivre une vie d’ermite. L‘Ère du Verseau est celle de la communauté ; mais pas comme on le pensait dans les années 70 : c’est l’esprit de famille, la relation de cœur qui prédomine. Il ne s’agit pas de rejoindre une communauté pour fuir quelque chose, mais de se regrouper pour construire, pour s’épanouir et vivre l’harmonie ensemble. Pour s’installer dans l’Ère du Verseau, il faut avoir retrouvé la vibration du chakra cœur, écouter ce qu’il nous dit.

Nous avons été préparés à cela dans l’Ère du Poisson par la pure bhakti yoga (dévotion) qui nous a été enseignée par le Christ. De même qu’à l’Ère précédente le Bouddha avait apporté la sagesse compassion en Orient.

Vivre dans le çakra cœur, c’est voir le Divin en chacun de nous. C’est pour cela que parfois à la fin du Darshan, nous dansons. Quelquefois je vous fais tous vous regarder les uns les autres dans les yeux pour que vous viviez l’expérience de cette vibration de pur amour. Dans le couple, au début de la relation, lorsque les amoureux se regardent, c’est tout leur çakra cœur qui vibre. Souvent ils en oublient de manger, tant ils sont nourris du pur amour. La nourriture terrestre leur paraît trop grossière. Tout est à l’envers de nos jours. Quand il y a une rencontre, on se regarde dans les yeux trois minutes et on couche ensemble aussitôt.

L’amour dont je parle est celui qui est au delà de toute ambiguïté sur le plan sexuel. Le çakra cœur est le lieu où se rencontrent l’énergie montante appelée Kundalini, et l’énergie divine aussi appelée énergie de Grâce, qui descend en traversant les çakras supérieurs.

En ce moment, Śrī Tathāta est en train de faire en sorte que se produise la rencontre de ces deux énergies. Cette fusion aura lieu avec la Consécration le 6 juillet prochain du Temple qu’il a fait construire en Inde, le Dharma Pîtha. Cette date du 06/07/2006 est une des dates majeures de l’entrée dans l’Ère du Verseau. Ce temple est un Sri Çakra, c’est-à-dire qu’il a une vibration hors du commun. A chaque époque il y a eu des temples pour diffuser l’énergie spirituelle aux fidèles, le Bouddhisme a eu ses pagodes, l’Europe ses cathédrales et ses églises. C’est même encore plus fort avec le Dharma Pîtha. Sri Tahâta est en train d’insuffler la force pranique dans ce Sri Çakra. Quand il avait 17 ans il a reçu un pranayama particulier. Pratiquer ce pranayama, spécialement dans le Dharma Pîtha, accélère le chemin vers la Réalisation du soi, et aussi le processus de transformation cellulaire.

Śrī Tathāta dit aussi que toutes les personnes prêtes venant et pratiquant en groupe dans le Dharma Pîtha se réaliseront et entraîneront les autres dans la Réalisation du Soi.

Dès qu’une âme se réalise, elle fait monter l’humanité d’une marche. Ayez confiance, arrêtez de vous martyriser, de mettre toujours la Réalisation de soi hors de portée. Votre culpabilité à ne pas pouvoir y arriver vous éloigne du but.

En ce moment pour vivre ce passage d’une Ère à une autre il n’y a jamais eu autant de maîtres incarnés. Dans les débuts, quand j’ai rencontré Sri Tahâta, j’étais moine. Après quelques mois auprès de lui, il m’a dit : «Maintenant, porte des saris, des bijoux, honore la Mère divine qui vit en toi. Va dans différents pays, à commencer par la France, afin que les êtres se reconnaissent en toi et que tu leur montres le chemin, en particulier les femmes. » En effet une femme est le centre du foyer, et si une femme est proche du divin, son rayonnement touche sa famille, et elle devient un exemple pour ses enfants. Le nouveau chemin est de spiritualiser tous les aspects de la vie quotidienne. C’est ainsi que l’on fait progresser la société.

Nous avons la chance aujourd’hui de pouvoir adopter le meilleur de l’Orient et le meilleur de l’Occident. Le meilleur de l’Orient c’est la vraie connaissance spirituelle. Le meilleur de l’Occident, c’est un certain confort de vie. Si l’on reconnaît cette chance, alors on est plus spontanément dans le partage. En particulier, si l’on va en Inde ou dans d’autres pays à haute tradition spirituelle, dans le but de s’en imprégner, on n’hésite pas à s’associer à une action caritative pour aider les plus démunis. Si nous n’avons pas cette sensibilité à la souffrance des autres peuples, ce sens du partage, il restera un déséquilibre.

En intégrant la sagesse spirituelle orientale, vous allez vous assagir, la paix va grandir en vous. Vous allez comprendre que c’est le mental qui vous fait faire des bêtises. Lorsqu’il y a une réaction de votre part, c’est qu’il y a karma. Le mental se nourrit de ces émotions issues du karma : les doutes, la colère, ou la tristesse.

La clé pour progresser, c’est l’observation du mental. Quand vous devenez observateur, vous ne lui donnez plus de nourriture. Quelque chose vous a fait mal, ne réagissez pas. Vous pouvez ressentir une douleur au plexus, une boule dans la gorge. A ce moment là, ne laissez pas votre respiration se bloquer, respirez calmement. Vous avez l’impression que c’est l’autre l’agresseur, mais peut-être que vous avez donné à l’autre tous les motifs pour vous faire agresser. Dans la réalité, il n’y a ni agresseur, ni agressé. Attendez une journée ou deux avant de prendre contact avec la personne. Immédiatement, c’est trop risqué. N’acceptez pas de rentrer dans le jeu de votre mental. Si vous voyez le Divin dans l’autre, vous ne pouvez plus être dans la réaction. Soyez constamment dans l’attention de vos faits et gestes, surtout si quelque chose vous provoque.

Le symbole de l’Archange qui terrasse le dragon est fort, mais aujourd’hui ce n’est pas de cette manière qu’il faut affronter le mental. C’est lui qui vous tuerait, tant cette énergie est puissante. Soyez ami avec lui dans un premier temps, ne le provoquez pas, observez simplement son jeu. Alors, cette énergie pourra se pacifier, puis se transformer.

Une semaine après, des mois après, le test revient, pas toujours avec la même personne. Quelquefois, cela fait des années qu’on est tranquille. « Je suis bien, cela n’arrive plus »…Tout d’un coup, de nouveau, c’est là. Mais si vous avez guéri quelque chose, l’aspect karmique va prendre une autre forme. Imaginez une personne qui a un gros souci dans son couple, puis avec le travail sur elle, les choses s’arrangent, l’aspect karmique se règle. Plus tard, cette personne va être confrontée à une situation semblable, mais dans son milieu professionnel cette fois. Cela sera plus facile à régler, il y aura eu un avancement dans la situation. Et ainsi de suite…

Au tout début des incarnations, le mental, qui était alors pur supramental, était totalement lié à l’âme. On a besoin du supramental dans l’incarnation. Si on ne vivait que dans l’âme, on serait en permanence en samadhi (fusion avec le Divin), sans mouvement. Sans ce supramental, même un maître réalisé ne pourrait avoir d’action en ce monde. C’est le supramental qui permet l’action, mais une action toujours parfaitement alignée avec le Divin. Alors que le mental ordinaire vous entraîne dans une vie chaotique où vous êtes ballotés par les situations et les émotions. Ce mental ordinaire, c’est le supramental, mais recouvert de couches de mauvaises pensées, nées de l’ignorance.

En ce début d’Ère du Verseau, nous sommes inondés de grâces divines qui nous permettent d’avancer vers la Réalisation du Soi, où le mental redevient supramental.

Nous sommes ici au Mont St Michel. Les pèlerins d’autrefois y allaient implorer l’Archange de terrasser leur Dragon. Les nouvelles clés apportées par l’Orient, intégrées au cours de ce grand pèlerinage qu’est la vie occidentale, permettent aujourd’hui de remonter la pente du Soi jusqu’à s’unir avec l’Ultime.